Mon Parcours

Mes origines : un parcours universitaire et une carrière dans la culture

Bouleversée lorsque je suis devenue maman de deux enfants

Après un parcours académique à l’Université de droit et un D.E.S.S. d’administration et gestion d’entreprise culturelle, j’ai pu m’épanouir pendant 15 ans dans un domaine qui me passionnait : la culture – cinéma, art contemporain, musique baroque, danse contemporaine, arts de la rue, théâtre.

Puis, je suis devenue maman, et ma vie a été chamboulée.

Je découvrais tout le sens du mot émerveillement, j’observais et notais dans un carnet chaque nouvelle acquisition psycho-motrice, chaque babillement, regard ou geste, syllabe et mot. C’était un fait : je ne pouvais détacher mon regard de ce premier bébé. En même temps, j’étais confrontée aux difficultés à chaque étape de ma vie de parent : test de grossesse, échographies, vergetures, allaitement, les nuits, la reprise du travail, divergences éducatives dans le couple, maladies infantiles, se trouver face aux tempêtes émotionnelles des enfants, face au « non » de l’enfant, face à ma propre colère, relations entre enfants dans la cour de récréation, etc.. 

À la naissance de mon deuxième enfant, les moments de joies se sont multipliés par deux… les questions aussi, alors j’ai décidé de suivre un atelier de parents en groupe. 

Mon engagement militant au niveau national et
international

En premier lieu comme Responsable du plaidoyer à l’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire (OVEO) depuis 2015, puis la création et la coordination d’une commission inter-associative, a contribué à faire aboutir le vote de la loi d’interdiction de la violence éducative ordinaire le 10 juillet 2019 en France

En parallèle, je me suis engagée à l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO) pendant plusieurs années afin de faire voter la loi d’interdiction de la violence éducative ordinaire en France. J’ai coordonné le plaidoyer au niveau national (élus, institutions, Défenseur des droits, DGCS, CNAF) et international (ONU, Stockolm, Vienne). J’ai réuni les associations et personnalités oeuvrant spécifiquement dans ce champ, dans une commission interassociative, afin d’avoir plus de chance d’aboutir en mettant en commun nos compétences, connaissances et expériences, dont ont notamment fait partie Olivier Maurel, Catherine Dumonteil Kremer, Catherine Gueguen, Isabelle Filliozat, et d’autres personnalités. Le plaidoyer que j’ai mené à leurs côtés a abouti au vote de la loi le 10 juillet 2019.

Ma Formation

Une fois la loi votée, je me suis formée solidement pendant plusieurs années auprès de Catherine Dumonteil Kremer, la pionnière en parentalité en France, spécialiste des alternatives non violentes pour accompagner les enfants

Une fois la loi votée, mon objectif était de sensibiliser les professionnels et les parents afin qu’ils sachent que le recours à la VEO étant interdit, une autre parentalité est possible et qu’ils trouvent leurs propres ressources pour faire autrement.

C’est pourquoi, j’ai décidé de me former auprès de Catherine Dumonteil Kremer, pionnière en parentalité en France, auteur, conférencière, formatrice, experte et ardente militante de la non-violence éducative.

La formation de Catherine Dumonteil Kremer a cela d’unique qu’elle est une des seules formations longues existant sur la parentalité en France :

  La formation initiale à destination des parents : Accompagner les parents vers une parentalité positive
  La formation initiale à destination des professionnels  : Formateur à l’ère des neurosciences
  La formation continue : Le Deuil, le Couple, Parentalité et migrations, etc.

J’ai également été initiée à la Communication Non Violente (CNV) – 3 premiers modules – par Véronique Gaspard, à la naissance physiologique par Michel Odent, Lilianna Lammers et Isabelle Calmels.

Aujourd’hui, je transmets au quotidien les informations et expériences acquises :

Je forme et sensibilise professionnels et parents à l’accompagnement sans violence

  Participe à des projets de sensibilisation nationaux : articles et interviews (Vie de famille de la CAF, revue Parents, la Gazette des communes, etc.), la campagne TV de l’OVEO avec Publicis « Les mots qui font mal », un projet sur la VEO (vidéo, son, panneau d’exposition) pour le train de la parentalité, évènements (conférences et cafés des parents) autour de la journée de la non-violence éducative qui a lieu chaque année le 30 avril, juridiques (insertion de l’interdiction de la VEO dans le texte Cadre d’accueil du jeune enfant). 

 Contribue aux travaux de la Direction Générale de la Cohésion Sociale, le Ministère de l’enfance et la CAF pour la mise en place des mesures d’accompagnement de la loi et diffuser plus largement l’information en France.

 Forme les professionnels sur le sujet de la violence éducative ordinaire. J’interviens dans le D.U. Parentalité de l’Université Médecine Sorbonne Nouvelle créé par Catherine Gueguen, la crèche les Petits Chaperons Rouge (Enghien), des forums de la parentalité (Nangis, Gennevilliers), le train de la Parentalité (Paris, exposition actuellement en tournée), des services petite enfance de collectivités territoriales (Ivry, Chalons en champagne, Meudon), une formation de formateurs en alternatives écologiques (Paris), un réseau Parentalité (94). J’interviens dans la chaîne de la protection de l’enfance – SOS Village d’enfants, le Conseil Départemental des Yvelines, l’Association AssoEdy pour laquelle j’anime des stages de responsabilité parentale, etc.

 Suis écoutante pour le numéros vert anonyme SOS Parentalité du réseau Parentalité créative©, « 15 minutes pour relâcher la pression ». 

 Anime des cafés des parents, des ateliers de parents en groupe, des consultations individuelles ou en couple, des conférences-ateliers thématiques.

Mes réseaux

Je suis membre :

  Du Haut conseil à l’enfance et de l’adolescence (HCFEA)
  Du réseau Parentalité créative@ créé par Catherine Dumonteil Kremer rassemble les 100 consultants et formateurs qu’elle a formés
  Et de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO)

Mon objectif

Mon objectif est de continuer à diffuser largement en France et à l’étranger auprès des parents et des professionnels le message qu’une nouvelle éducation, « sans punition ni fessée », est possible, et qu’elle permet de retrouver une joie de vivre et de mieux renaître à soi-même au contact des enfants.